Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

Solfege.jpg« Il n’y a pas de gastronomie sans bases. En cuisine, les bases du métier font les bons cuisiniers. Même les plus avant-gardistes de nos grands chefs conviennent qu’il ne peut y avoir création improvisée sans une parfaite maîtrise des bases. Pierre Gagnaire et Marc Veyrat reconnaissent que, sans leurs bases, ils n’auraient jamais été les grands inventeurs que l’on sait. Mais de quoi s’agit-il ? Du fait d’intégrer les principes fondamentaux des temps de cuissons, de l’élaboration des sauces, du choix des ingrédients, de la compatibilité des saveurs, de la manipulation des produits, etc. Autrement dit le solfège du cuisinier. Hélas, depuis une dizaine d’années, certains lycées hôteliers, animés par des Dr Folamour du rata, apprennent directement la partition aux élèves sans passer par les gammes. Une sorte de méthode globale où l’apprenti cuisine par la génération spontanée, avec quelques éprouvettes, des pipettes, des broyeurs, des émulsionneurs et de l’azote liquide. Résultat, de plus en plus de jeunes cuisiniers ne savent plus monder un légume, préparer un potage, brider une volaille, monter une béarnaise, déglacer une sauce, voire faire une omelette. Il est donc urgent que la profession retrouve le chemin de la raison et réintroduise l’apprentissage des bases dans l’enseignement culinaire, sans quoi nous risquons un jour de nous contenter de tubes dans lesquels il faudra aspirer par le nez pour absorber de la poudre virtuelle. » - « Dictionnaire impertinent de la gastronomie », Périco Légasse, François Bourin Editeur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article