Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

BeauBallonRouge.jpg

CafeFrancais.jpg

Voilà quelque temps déjà que j’adore Romane Bohringer. Elle n’était jamais montée sur scène avec son père Richard. C’est aujourd’hui chose faite au théâtre du Rond-Point, avec la pièce de Angela Dematté, « J’avais un beau ballon rouge », sur un sujet inspiré de la vie de Margherita Cagol, la fondatrice des Brigades rouges italiennes, originaires toutes les deux de la ville de Trente. L’action se passe en automne 1965, écrite pour partie en dialecte de cette région du nord-est de l’Italie, la pièce est une confrontation du père qui tient un petit commerce et de la fille Mara qui suit des études de sciences politiques, entre la tradition catholique du premier et les idées révolutionnaires de la seconde : le père, un brin ours mal léché marqué par le temps qui passe, gentiment bougon, et elle, la pasionaria enflammée qui rejoindra Renato Curcio pour créer un groupe d’extrême-gauche et se lancer dans la lutte armée avec les Brigades rouges (elle meurt lors d’une fusillade en juin 1975). Le duo de comédiens est formidable, entre pudeur et ténacité. – A l’autre bout de la ville, à la Bastille, les deux frères Costes ont pris d’assaut une place forte de la brasserie parisienne, « Le Café français ». Ils ont confié le décor à India Mahdavi et la carte à Jean-François Piège, qui est déjà aux commandes chez « Thoumieux » (7e). Pour le reste, vous connaissez leur style : rien de ce qu’ils font n’est jamais innocent, les serveuses sont toujours aussi belles, et gageons qu’ici on ne sera pas obligé de faire la révolution pour être bien accueilli ni pour bien manger dans un esprit revisité de la cuisine de brasserie. – « J’avais un beau ballon rouge », de Angela Dematté, mise en scène Michel Didym, Théâtre du Rond-Point, 2bis avenue Franklin D. Roosevelt, Champs-Elysées (8e), jusqu’au 9 mai. Tél. : 01 44 95 98 21. – « Café français », 1 place de la Bastille (4e). Tél. : 01 40 29 04 02.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article