Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 13:42

GuideMichelinParis2014.jpegJe vous l'avais promis, voilà, en plusieurs épisodes, mes commentaires sur les restaurants nouvellement entrés dans le Guide Michelin 2014 Paris & ses environs, du moins ceux qui ne sont pas étoilés, mais notés d'un couvert à cinq couverts, quoique dans l'édition de cette année, il n'y en a aucun de plus de 3 couverts. Voilà donc le premier épisode, les restaurants du 1er au 10e arrondissement ; tout de suite après ceux du 11e au 20e, puis "Autour de Paris" et enfin, demain, ceux que j'appelle depuis des années "Les oubliés du Michelin" qui sont autant d'injustices flagrantes et d'interrogations sur le travail des fameux inspecteurs qui ne suivent pas le rythme des ouvertures parisiennes. Pensez que dans 14 arrondissements de la capitale, le Michelin n'a trouvé que de 1 à 3 nouveaux restaurants méritant de figurer dans le guide, alors qu'à Paris, il ne s'ouvre pas moins, chaque année, de plusieurs centaines d'adresses dignes d'y figurer. Cette année donc, seulement une soixantaine de tables trouvent grâce au palais du Michelin (notamment aucune dans les 3e et 4e arrondissement). C'est timide, voire même, d'un certain mépris pour nombre de chefs qui s'installent et sont à leurs pianos de l'aube jusqu'au milieu de la nuit. Allez, "Michelin", réveillez-vous, le peuple de Paris va se rebeller. En piste pour les commentaires. PARIS 1er (1 nouveau) - "Franck Enée" (17, rue Molière), 1 couvert : jadis, il était installé chez "Monsieur Lapin" dans le 14e ; ici, dans une salle moderne (autrefois "Au Gourmand"), le chef propose une cuisine de produits bien dans l'air du temps. - PARIS 2e (3 nouveaux) - "Terroir Parisien Palais Brongniart" (28, place de la Bourse), 1 couvert : la duplication laborieuse du même "Terroir Parisien" que celui de la Mutualité sous la houlette de Yannick Alléno, qui a tendance à se démultiplier un brin trop. "Le Dorcia" (24, rue Feydeau), 1 couvert : dans un décor années cinquante façon Palm Springs, une cuisine du marché et des saisons. "Pascade" (14, rue Daunou), 1 couvert : Alexandre Bourdas, deux étoiles Michelin à Honfleur au "SaQuaNa", propose les spécialités de sa région d'origine, l'Aveyron. - PARIS 3e - Aucune entrée. - PARIS 4e - Aucune entrée. - PARIS 5e (1 nouveau) - "Officina Schenatti" (15, rue Frédéric-Sauton), 1 couvert : le chef est originaire de Lombardie et délivre avec aise les spécialités du cru. - PARIS 6e (2 nouveaux) - "Invictus" (5, rue Sainte-Beuve), 1 couvert : Christophe Chabanel a repris l'ancienne "Table de Fès" pour y faire fleurir le mot cher à Nelson Mandela, "Je suis le maître de mon destin, je suis le capitaine de mon âme", dans le même esprit cuisinier que jadis à "La Dînée" dans le 15e. "Taokan" (8, rue du Sabot), 1 couvert : pour une cuisine chinoise de la région de Canton. - PARIS 7e ( 8 nouveaux)- "Les Climats" (41, rue de Lille), 2 couverts : dans l'ancienne Maison des Dames de la Poste, dans un style Art Nouveau, une cuisine française classique que rehausse une cave bourguignonne de toute beauté. "Garance" (34, rue Saint-Dominique), 2 couverts : deux anciens de chez Alain Passard, à "L'Arpège", une cuisine contemporaine, une belle cave, que faut-il de plus pour réussir ?. "Bistrot Belhara" (23, rue Duvivier), 1 couvert, Bib Gourmand : prenant le nom de la fameuse vague d'un haut fond proche de Saint-Jean-de-Luz, étonnez-vous que la cuisine titille avec aise les recettes du Pays-Basque ! "Café Max"(7, avenue de la Motte-Picquet), 1 couvert : un antique bistrot qui n'a plus d'âge et que le Michelin découvre avec bien du retard. "Le P'tit Troquet" (28, rue de l'Exposition), 1 couvert : la décoration datée du début du siècle dernier vaut le détour, la cuisine pas moins. "Wakaba" ( 20, rue de l'Exposition), 1 couvert : pour les spécialités nippones de la région de Kyoto. "Chez Graff" (62, rue de Bellechasse), 1 couvert : je vous en ai déjà parlé ; c'est ici le domaine de Thomas Loustau, le fils de Jean-Guy, jadis directeur-sommelier du "Carré des Feuillants", dans une annexe de la voisine "Laiterie Sainte-Clothilde". "La Table du Vietnam" (6, avenue Bosquet), 1 couvert : dans l'ancien "Nabuchodonosor", désormais une cuisine vietnamienne des trois régions du pays. - PARIS 8e ( 3 nouveaux) - "Le Vraymonde", au Budha-Bar Hôtel : un décor un brin chinois pour une cuisine puisée à l'aune du monde, privilégiant les épices. "Marignan", à l'Hôtel Marignan (12, rue de Marignan), 3 couverts : pour la cuisine d'un discret MOF (Meilleur ouvrier de France) qui s'évertue à faire connaître les saveurs du monde. "Lazare" (Parvis de la Gare Saint-Lazare, 7 rue Intérieure), 2 couverts : la brasserie de gare de Monsieur Eric Fréchon, ci-devant trois étoiles Michelin à l'Hôtel Bristol au restaurant "Epicure" pour laquelle j'ai déjà donné mon avis sur ce blog. "Marloe" (7, rue du Commandant-Rivière), 1 couvert : l'annexe de "L'Arôme" voisin, étoilé. - PARIS 9e (9 nouveaux) - "Prémices" (24, rue Rodier), 2 couverts : il y a ici les prémices d'une bonne cuisine française classique réalisée par un autodidacte, jadis banquier d'affaires, amoureux de la table et des bons vins. "La Régalade Conservatoire, à l'Hôtel de Nell (7-9, rue du Conservatoire) : très belle salle dans un hôtel griffé Jean-Michel Wilmotte pour la cuisine de Bruno Doucet que l'on ne présente plus. "Atelier Rodier" (17, rue Rodier), 1 couvert : une cuisine de chef passé dans les grandes maisons, une carte des vins totalement à court d'idées. "Braisenville" (36, rue Condorcet), 1 couvert : déco années 70, vins natures plus que de raison, mise de table simpliste, petits plats à grignoter pas vraiment donnés, c'est la mode qui triomphe à SoPi. "Encore" (43, rue Richer), 1 couvert : un chef japonais, une cuisine française de produits qui privilégie les saisons, une carte des vins inspirée et un service féminin délicieux, voilà encore une nouvelle table dans une rue qui monte. "Mamou" (42, rue Taitbout), 1 couvert : à deux pas des grands magasins, une cuisine des familles qui réchauffe les coeurs, l'esprit et le ventre. "Kiku" (56, rue Richer), 1 couvert : un bar qui propose une succession de petits plats à déguster avec le saké (belle cave). "Momoka au n° 24" (24, rue Jean-Baptiste Pigalle), 1couvert : la même carte qu'à la maison-mère (au numéro 5) pour la cuisine japonaise authentique de Masayo Hashimoto. "Les Coulisses Vintage" (19, rue Notre-Dame-de-Lorette), 1 couvert : dans un décor quelconque, une cuisine française revendiquée pour son classicisme, toutefois de prix himalayens. - PARIS 10e (1 nouveau) - "Chameleon" (70, rue René-Boulanger), 1 couvert : proche des théâtres des grands boulevards, cette adresse vaut pour sa cuisine proprette et son ambiance bobo. - A suivre... En attendant, bon appétit et... large soif !

Partager cet article

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • : Au quotidien, la cuisine selon les saisons, les vins selon l'humeur, la littérature qui va avec, les bistrots et les restaurants, les boutiques qui nourrissent le corps et l'esprit, bref tous les plaisirs de bouche et de l'âme.
  • Contact

Profil

  • toutnestquelitresetratures
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.

Recherche

Pages

Catégories