Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

 

 

bouchonnidieunimaitre.jpg

BouchonEtiquetteNiDieuNiMaitre-copie-1.jpg"Cours camarade, le vieux Monde est derrière toi", c'est un brin la devise des vignerons de la Cave de Castelmaure, eux qui magnifient d'un apparent désordre géologique, mais d'un sublime capharnaüm pédologique, les vignes du terroir de Castelmaure, perché au bout du monde, où se mêlent coteaux, calcaires et schistes, conjuguant leurs vertus, faisant fi de l'idée que la puissance s'oppose à la finesse. Ici, avec un climat méditerranéen aux hivers courts et doux, aux étés chauds et secs, un climat vivifié par les vents qui purifient les raisins bien mieux que tous les traitements, la Cave de Castelmaure produit des vins qui font honneur à la région. Avec la cuvée issue de leur gamme "L'Esprit du Vent", "Ni Dieu ni Maître" (2012) qu'aurait sûrement aimé Léo Ferré, vous avez un vin forgé par le Cers, le Marin et la Tramontane qui, au fil des vendanges, raconte l'essence du terroir. C'est un vin en hommage à Bacchus, qui se boit dans sa prime jeunesse, pour son fruit, sa bouche fraîche marquée par les fruits rouges et noirs que relèvent quelques notes d'agrumes. On pourra le boire tout de suite ou le laisser quelque peu vieillir en cave (s'il en reste). Mais au comptoir, à l'apéritif, avec quelques tapas occitans, ce vin offre une approche moins hiératique, plus conviviale de la dégustation, avec son côté authentique, charnu et suave. Si vous êtes dans le coin, venant de Perpignan, vous arriverez à la Cave qui trône au centre du village d'Embres-et-Castelmaure en quittant l'autoroute A9 à Leucate, puis par la D27 par les villages de Treilles, Feuilla et Saint-Jean-de-Barrou. Sinon, ce sera chez les bons cavistes. Bon appétit et... large soif ! - "Castelmaure SCV". 4, route des canelles, 11360 Embres & Castelmaure.Tél. : 04 68 45 91 83. (Photo bouchon, Florence Bonnefous).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article