Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

BuvetteFacade.jpg

BuvetteFacadeBis.jpg

BuvetteCamille.jpg

BuvetteBar.jpg

BuvetteSaucisse.jpgJadis, ici, il y avait « BOF », c’est-à-dire « Beurre Œuf Fromage ». Aujourd’hui, ce qu’il en reste, dans un style rétro, ce sont de jolis carreaux de faïence blanche, des mosaïques au sol conservées, un comptoir à l’ancienne (1930) récupéré dans son village de Neuvile-aux-Bois (Loiret), du marbre par-ci par-là, des buffets en bois peint, des cercles de néon bleu, des opalines en suspension, des globes comme avant, des chaises en formica, bref un lieu où Camille, Fourmont de son patronyme, une singulière tignasse blonde façon lionne en guise d’étendard, triomphe dans le domaine de la simplicité éclatante. Il faut l’écouter vanter les produits qu’elle choisit au plus près de la qualité, et sur lesquels elle fait jouer sa petite musique personnelle. Il faut la suivre quant elle raconte avec fougue ses découvertes viniques, ses choix du moment voire même ses crus d’amis vignerons. Elle a déjà mis notre FeGH parisienne dans ses petits papiers (lisez Frédérick-Ernestine Grasser-Hermé), qui dit d’elle : « Camille est tout en bulles élégantes et généreuses, attentionnée comme pas deux, avec ce plus qui ne gâche pas : la sérénité. Sans supplément. On s’attache, c’est comme ça que la gosse m’a séduite. Camille a l’innocence de ses 20 ans (NDLR - Un peu plus…), distillant sa fraîcheur et mettant son ingénuité au service des « goûts » sensibles. » Oh n’en jetez plus, un vrai goût de foudre aussi, parce que chez elle, tout ce qui fût un jour en foudre, en cuve ou en barrique se retrouve sous forme de crus pour lesquels on pratique le geste le plus sportif qui soit, l’épaulé-jeté ! Les vins sont ici toujours ceux des jours heureux. Les vignerons s’appellent Alain Graillot pour le crozes-hermitage, Mosse pour l’anjou, Emmanuel Giboulot pour la Côte-d’Or, Martet pour le Bordelais, Papin-Luneau pour la Loire, Aubery pour le côtes-du-Rhône (Gramenon), et aussi cuvée « Ernestine » (mais oui) pour la bière parisienne de la Brasserie de la Goutte d’Or. Mais, pour mieux connaître encore cette Neuvilloise (Loiret) née un jour d’octobre 1983, sachez qu’elle a suivi des études aux Langues O. (et obtenu son diplôme), poursuivi avec l’Ecole Pratiques des Hautes Etudes en master de sciences religieuses (recherche sur les paraboles animales dans les textes soufis, wouah !), a vécu un an à Damas en Syrie et travaillé dans un petit bistrot en bas de chez elle. En décembre 2012, elle s’installe dans cette « Buvette » qui, comme son nom ne l’indique pas, possède aussi un garde-manger. Elle le remplit d’olives de Sicile, de haricots blancs juste arrosés d’huile, de racines piochés chez « Terroir d’Avenir », de saucisse sèche de Conquet, de terrines du grand Rodolphe (Paquin du « Repaire de Cartouche »), de fromages affinés et de pain et de kouglof en provenance du grand boulanger qu’est Stéphane Vandermeersch. Et pour bientôt, Camille nous promet quelques bouchées chaudes : elle les posera dans de belles assiettes chinées sur ses tables disparates qui ne peuvent accueillir qu’une toute petite vingtaine de personnes. Et vous taillerez dedans avec un opinel alors que les serviettes en tissu sont à apporter soi-même. Dans cette maison toute fraîche, c’est bien une petite symphonie du bonheur qui se joue au quotidien sur un mode dans l’air du temps, à la manière "Slow Food", avec du bon, du propre et du juste. – « La Buvette » - 67, rue Saint-Maur (Paris 11e). Tél. : 09 83 56 94 11. Fermé lundi, du mardi au jeudi au déjeuner. Ouvert de 17 à 22 h du mardi au jeudi (vendredi de 11 à 15 h et de 17 à 22 h, samedi et dimanche de 11 à 22 h en continu). M° Saint-Maur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article