Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

Paris n’est pas en manque de bistrots qui mériteraient d’être distingués par deux prix qui ont eu une certaine réputation. La « Coupe du Meilleur Pot » pour la plus ancienne, puis la « Bouteille d’Or ». Mais chaque année que Dieu fait, les deux s’évertuent à distinguer des bistrots qui ne sont guère dans l’esprit du temps, livrant même des vins de piètre qualité. Ainsi en est-il des deux lauréats de l’année 2013. Pour la première, « Le Daudet » (14e) qui n’affiche aucun beaujolais vraiment digne de cette appellation, dans laquelle pourtant, de nombreux jeunes vignerons sont sur le pavé de Paris. De même, pour la seconde, « Au Bistrot d’à Côté » (14e), un endroit d’une tristesse maladive, où les raisins sont à l’abri de toute notion de qualité et de bon goût. Mais qui sont donc ces gens qui décernent des prix qui vont d’abord à la médiocrité tout en ignorant les estaminets où l’on fait le pari du beau et du bon ? Michel Piot, ancien chroniqueur gastronomique du Figaro, est à la manœuvre pour la « Coupe du Meilleur Pot » : on se demande comment il peut cautionner une telle pauvreté dans le choix du vin, avec notamment un pinot noir d’Alsace de basse extraction comme celui de Hans Schaeffer. Les deux jurys des prix concernés ignorent superbement le vrai pavé de Paris, celui où les vignerons qui font du vin avec du raisin permettent de lever le coude avec aise. Continuer ce foutage de gueule en décernant des louanges à des bistrots qui sont de si piètre qualité, vraiment, est-ce bien raisonnable ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

monde 01/05/2014 10:49

Je suis bien d'accord avec vous, et que ce soit pour la gastronomie ou pour tout autre sujet, ceux qui se déclarent grands spécialistes sont la plupart du temps des ignorants. Dans tous les cas je
ne me fie jamais à ce genre de personnes.