Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

GariguetteAphorisme

GariguetteNejla.jpg

GariguetteMehdi

Gariguettecuisine

GariguettePigeon-copie-1Les bistrots à Paris fleurissent avec le printemps venu. Voici donc une toute nouvelle table qui est encore dans l’anonymat : elle a ouvert le 27 mars. A fleur de Butte Montmartre, les Kebboul, sœur et frère ont mis les pieds dans le plat. Ils ont fait leur parcours ici ou là, l’une, Nejla, ancienne danseuse et comédienne, dans de petites adresses de la capitale, l’autre Medhi, féru de boxe thaï, notamment dans quelques grandes maisons de province (leur famille est de Béziers) ou de la grand ville et de l’étranger (Australie, Syrie, Thaïlande). Il a aussi été candidat à l’émission « Top Chef », dont il a claqué la porte, ce qui signe son caractère. L’expérience acquise est déjà un atout, le travail et la modestie en sont d’autres. Dans un cadre rénové avec cuisine ouverte sur la petite salle à manger (35 couverts), ces deux là pratiquent l’art du menu au quotidien (entrée, plat et dessert à 29 €), a minima certes, d’un parfait style néo-classique dans un registre Escoffier actualisé et modernisé, mais ciblant le produit juste, le proposant ciselé, cuit à la perfection. La tourte de volaille en amuse-bouche avec une fraîche salade, le pâté en croûte de haut goût comme si vous étiez chez le regretté Jean Ducloux à Tournus, le maquereau roulé moelleux rehaussé d’une mirepoix froide de légumes tout en fraîcheur méditerranéenne, le pigeon – joliment cuit saignant – en feuilletage qui est une merveille, tout comme l’onglet de bœuf simmental du voisin boucher Prosper flanqué d’une étonnante duxelles digne de celle de « La Tour d’Argent », de pommes grenailles et d’oignons glacés, voilà ce qui réjouit le cœur et l’estomac autant que l’esprit. En issues sucrées, vous aurez évidemment les fraises gariguettes à la mousse au chocolat (vraiment pas assez chocolat) dans une amusante coque en noir et blanc (et inutile) et l’ananas rôti tout en fraîche délicatesse. Mais il y aura aussi, au fil du marché et au gré de l’humeur, les escargots de Bourgogne poêlés avec une polenta crémeuse à l’ail des ours et un jus corsé au chorizo, la terrine de lapin au foie gras et aux senteurs de la garrigue, les tielles à la sétoise, le cabillaud rôti et ses légumes confits au basilic, le mulet braisé à l’agathoise et la volaille fermière en suprême avec des carottes confites au jus, Le chapitre des vins reste à enrichir de quelques vins ligériens, du Beaujolais et des côtes-du-Rhône : on nous l’a promis pour les jours à venir. Que dire de plus ? L’accueil et le service de Nejla, d’une grâce non feinte, ont l’air d’être réglés par un maître de ballet, la cuisine de Mehdi est marquée du sceau de la rigueur, ne maquillant pas le produit, cuisant avec une technique jamais prise en défaut, et donnant aux choses le goût de ce qu’elles sont. N’est-ce pas là tout ce que l’on demande à une table qui deviendra, n’en doutons pas, une de celles de l’empyrée du bistrot parisien ? Allez-y donc avant même que le succès ne s’empare de la maison. – « Gariguette » - 69, rue Caulaincourt (18e). Tél. : 01 42 59 76 07. Fermé dimanche au dîner, lundi, mardi au déjeuner. Menus : 25 et 29 €. Carte : 40-50 €. M° Lamarck-Caulaincourt.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ASFAUX 02/06/2013 18:13

impeccable
le duo frère et soeur fonctionne a merveille j'espère de tout coeur que tout ce travail portera ses fruits
bon courage et a bientôt
Chef Patrick Asfaux

toutnestquelitresetratures 08/06/2013 21:12



Merci mon cher Patrick Asfaux. J'ai encore le (bon) souvenir des repas chez "Sousceyrac", d'abord avec mon père, puis Francis Pudlowski (le frère de Gilles), et enfin avec l'incontournable Michel
Picquart. Bonne lecture, bon appétit et large soif !