Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

J-goLogo.jpg

J-GoBar.jpgL'information est, hélas, passée inaperçue dans les colonnes gastronomiques ou sportives de nos supports papier et numérique. Un Spanghero, Philippe, fils de Guy, dernier fleuron portant beau de la célèbre fratrie, a redoré, de la plus originale façon, le blason injustement écorné ces derniers temps de la noble famille (rappelons qu’elle n’est plus partie prenante dans l’entreprise qui porte encore son nom) en signant, dans le cadre du traditionnel Open des Six Nations de golf, une première : un concours de putting à même la salle de restaurant d'un établissement fleurant bon le rugby et ses spécialités de bouche. L'événement « golfique » s'est réglé sur un tapis synthétique au coin du bar du « J'Go » à Paris en présence de quelques journalistes et internationaux ayant troqué stylos et crampons pour un club. C'est ailleurs un ex-Bleu, le Montferrandais Arnaud Costes, qui l'a emporté en barrage devant Jean-Louis Calmejane. Sous le regard amène de Valérie Paparemborde, créatrice de l'événement, chacun a pu se consoler de l'annulation des parties au golf de la Boulie, pour cause de links enneigés. Putter dans un endroit acquis au cassoulet et aux justes produits du Sud-Ouest s'est ainsi révélé d'autant plus croustillant que les canapés proposés des premières asperges vertes et mouillettes au piment d'Espelette (Pyrénées-Atlantique), d'agneau d’Espadeillac (Lot), de cochon noir de Bigorre et de magret de canard de la ferme de Poutoun à Mirande (Gers), notamment associés aux grosses frites à la graisse d'oie, ne manquaient pas de saveurs. Un généreux côtes-du-Marmandais d’Elian Da Ros, blanc et rouge, a judicieusement humecté les gosiers de nos sportifs, ce jour « en chambre ». Le soir, le banquet a pu normalement dérouler ses fastes au Pré-Catelan, en présence notamment de quelques ex-gloires du Tournoi, comme Jean-Pierre Garuet, réputé pour son « coup de (la) fourchette » (les spécialistes se souviendront), Abdelatif Benazzi ou Jean Gachassin, un président de la Fédération Française de Tennis qui, fonctions obligent, cette fois, ne s'est pas pendu à un lustre. – « Le J’Go » - 4, rue Drouot (Paris 9e). Tél. : 01 40 22 09 09. Fermé samedi au déjeuner et dimanche. M° Richelieu-Drouot. (pcc Alain Gex, mon envoyé spécial sur l’événement).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article