Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

diVinamenteItalianoRaffaellaInes.jpg

diVinamenteItaliano.jpg

diVinamenteInesRaffaella.jpg

diVinamentoBar.jpgElles sont deux. Deux belles personnes, deux jeunes femmes italiennes, enjouées et bienveillantes : l’une, Raffaella Petrillo, nous vient d’Emilie-Romagne où elle a fait l’école hôtelière à Modena, la patrie du vinaigre balsamique ; l’autre, Inès Di Franco, de Sicile. La première est tombée dans la marmite déjà toute petite, puis elle s’est passionnée pour les vins (elle a été sommelière à l’Hôtel Cavalieri Hilton de Roma où elle a été repérée par le grand Gualtiero Marchesi). La seconde a fait des études en économie et gestion du tourisme. Elles se sont rencontrées lors d’un stage commun à l’hôtel Lotti (rue de Castiglione, Paris 1er), au restaurant italien jadis étoilé. Leur lieu ici, à deux pas de la Bourse, n’est pas vraiment récent : voilà déjà quatre ans qu’elles l’ont créé, dans un habillage de chromatismes rouge, gris et noir, avec du granit et de l’acier, des photos et un petit air de théâtre baroque et kitsch (avec les chaises impressionnés de grandes marguerites) sans oublier d’être élégant. Pour ma part, je me suis installé au comptoir pour deviser avec l’une et l’autre. Pour une cuisine tout en légèreté, avec des produits du tonnerre, des idées justes et des assiettes joliment mises en scène. Vous tâterez d’abord d’un prosciutto di Parma de haute volée coupé devant vous ou de l’affettato misto (speck della Valle d’Aosta, spianata Calabrese, lardo di Colonnata, salame Filzette, coppa di Parma), voire même de canestrelli in saor, des pétoncles marinées à l’aigre-doux, aux artichauts, pistaches, oignon rouge, raisins secs et polenta (blanche, s’il vous plaît !). Le tout à déguster tout en sirotant un franciacorta brut de Bellavista, un greco di tufo de Pietracupa ou un Yrmn issu du cépage zibbibo de Miceli. Ensuite, le primo piatto ne saurait qu’être des ravioli farci de cochon rôti au romarin, des maltagliati alla guancia, de la joue de bœuf braisée au vin rouge, ou des spaghetti ai calamaretti, des supions relevés de piment et de poireaux à l’ail. A moins, que vous ne vous laissiez séduire par le risotto de vialone nano ai gamberi del Madagascar en attendant le carré d’agnello al basilico piccante que soulignent pertinemment des câpres et du potiron. Les fromages s’imposent aussi, entre taleggio, gorgonzola crémeux, pecorino et briscola al barbera. En desserts, tiramisù aux éclats de chocolat ou torta di pere (et au céleri blanc) sont de plaisantes issues sucrées. Ainsi, la messe gourmande aura été dite avec bonheur, si ce n’est que le choix des vins rouges sera cornélien : comment ne pas succomber aux remarquables vins piémontais que sont le dolcetto d’Alba Bricco 2006 et le barolo Monprivato 2000, tous deux du grand Giuseppe Mascarello, ou encore au délicieux et subtil cru du Trentino, le teroldego rotaliano 2009 de la divine Elisabetta Foradori, parmi une sélection de vins qui en compte plus de 150 ? En prenant congé, vous aurez envie d’embrasser ces deux jeunes femmes qui sont la joie de vivre, la communique sans fard ni malice aucune, et vous laissent la gourmandise aux lèvres, le nez en éveil, le cœur au ventre et le palais en fête. – « diVinamente italiano » - 28, rue Notre-Dame-des-Victoires (75002 Paris). Tél. : 01 47 03 38 41. Fermé samedi et dimanche. Menus : 19 (déjeuner), 53 (par personne, dégustation cinq assiettes au dîner) et 65 € (pour deux personnes en tête-à-tête, lundi et mardi au dîner). M° Bourse. ,

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article