Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

JadisBlondin.jpg

Jadislogo.jpg

JadisGuillaumeDelage.jpg

AuxVerresdeContactSarahVoilà quelques jours, mon ami et néanmoins confrère François Roboth me faisait remarquer que l’intitulé de mon blog, « toutnestquelitresetratures », était inspiré du grand buveur devant l’Eternel qu’était Antoine Blondin. Il est vrai. Cependant, j’ai quelque peu raccourci la citation originelle : « tout le reste n’est que litres et ratures ». Voilà donc la chose dite sur ce blog où j’ai déjà de nombreuses fois rendu hommage à l’Antoine. J’en remets même une couche, puisqu’hier soir j’étais au restaurant « Jadis » de Guillaume Delage dont l’enseigne, vous l’avez compris, est aussi un hommage à l’écrivain-journaliste ("Monsieur Jadis ou l'Ecole du Soir"), tout comme l’est son autre bistrot, dirigée par sa compagne Sarah Baraudon, « Aux Verres de Contact ». Et chez lui, dans le 15e, il va encore plus loin puisqu’il met des sets sur les tables qui reproduisent quelques phrases de notre célèbre écrivain. Les voici : « Apéro : les verres de contact – Il n’existe guère que deux arts de vivre : l’un consiste à se mettre à la place des autres, l’autre à la leur prendre – Quand on meurt de faim, il se trouve toujours un ami pour vous offrir à boire – Les bouteilles à la mer ne ramènent pas souvent les réponses – L’homme descend du songe – L’homme se distingue de l’animal en ceci qu’il est doué d’arrière-pensées – Depuis trente ans, je cache ma renommée dans les bars à vins – Je ne supporte pas d’entendre le bruit d’une porte ou d’un cœur qui se ferme – Les années qui s’envolaient me revenaient dans le creux de la main comme des boomerangs – Tout se confond dans une vie qui trouve son unité du côté d’une passion – Dans cet univers plein de bruit et de fureur, c’est le bruit des uns qui provoque la fureur des autres – Il respire comme il ment : très mal – Méfiez-vous des fillettes, il n’est jamais trottoir pour bien faire ». A part cela, il ne vous est pas interdit d’aller vous taper la cloche ici, dans un décor façon années trente. Pour la plus grande gloire du formidable jambon de Saint-Yriex-la-Perche, de la burrata (un brin plus très ferme) aux tomates confites maison, du saint-pierre immaculé, de la côte de veau pour deux aux pommes de terre de l’Île de Ré et du remarquable pigeon aux petits pois à la française. Tout cela est bien bon. Le bourgogne de Trapet passe comme un souffle, l’assiette de glaces et sorbets (vanille, fraise et basilic) pas moins. Vous quittez ce bout du 15e avec allégresse, il n’y a plus de doutes, décidément, « tout n’est que litres et ratures ». Bon appétit et… large soif, cher Antoine Blondin, là où tu dois trinquer à notre santé ! – « Jadis » - 208, rue de la Croix-Nivert (15e). Tél. : 01 45 57 73 20. Fermé trois semaines en août, samedi et dimanche. Menus : 29 (déjeuner), 36 et 72 € (dégustation). Carte : 50-60 €. – « Aux Verres de Contact » - 31, rue de Bièvre (5e, angle du boulevard Saint-Germain). Tél. : 01 46 34 58 02. Fermé dimanche. Menus : 16 (déjeuner semaine), 28 et 36 €. Carte : 40-50 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article