Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 11:21

ElCellerdeCanRoca.jpgIl est sûrement inutile de polémiquer à propos de ce classement de restaurants qui, cette année, a désigné hier soir à Londres comme le meilleur restaurant du monde celui des frères Roca, « El Celler de Gran Roca », à Gérone en Espagne, prenant ainsi la place de « Noma » à Copenhague, rétrogradé à la deuxième place. D’autres ont polémiqué avant moi, d’autres le feront après. François Simon, sur son blog, écrivait hier : « on rejoue la farce ce soir… ». Mon ami chroniqueur du vin – et qui sait aussi se tenir à table -, Michel Smith, était ce matin plus cru avec un retentissant « un classement à la con ! ». Je partage leurs avis et j’enfonce le couteau là où le bât blesse. L’argent et ses enjeux financiers notoires ! Qui est à la manœuvre de cette opération de la revue britannique « Restaurant » : le groupe Nestlé, via un de ses produits, l’eau minérale San Pellegrino. Le classement est établi par un groupe de chefs, de journalistes et de chroniqueurs gastronomiques qui ne sont pas moins de 900. Qui pourra nous faire croire que ses personnes ont mangé dans les établissements de cette liste ? Qui, surtout, pourra nous faire croire qu’ils ont – pour ceux qui y sont allés – toutes payé leur addition ? Rien n’est en effet moins sûr ! A tel point que – comme s’il n’y en avait déjà pas assez – apparaît aujourd’hui un nouveau classement, ou du moins une liste : le « Foodie’s First Annual Top 100 Restaurants List and Guidebook » qui s’affirme déjà moraliste, puisqu’il annonce – sans d’ailleurs le prouver – que tous les jurés votent pour leurs restaurants préférés à condition qu’ils les aient visités récemment et payés leur addition. – Pour ce qui est du classement de ce « 50 » de la revue « Restaurant », qui contestera les frères Roca, très appréciés, déjà trois étoiles au Guide Michelin, et qui propose une cuisine dans l’air du temps, un accueil exceptionnel et une cave qui ne l’est pas moins ? On ne s’étonnera pas non plus de voir « Noma » rétrogradé après l’intoxication alimentaire dont ont été victimes une soixante de clients au mois de février dernier. C’est l’Italien Massimo Bottura à Modène qui remporte la troisième place. Si la France est le pays le mieux représenté – avec six restaurants (comme les Etats-Unis) -, elle ne figure pas dans le top 10. Le premier restaurant français arrive à 16e place, c’est « L’Arpège » à Paris 7e. « Le Chateaubriand » (Paris 11e) est 18e, « L’Astrance » (Paris 16e) 23e, « L’Atelier Saint-Germain » (Paris 7e) que Robuchon vient de céder perd douze places, passant à la 24e place, et le seul restaurant de province est le « Mirazur » de Mauro Colagreco à Menton, qui est 28e et a déjà deux étoiles au Guide Michelin. Un seul petit nouveau français, c’est le « Septime » (Paris 11e), qui fait son apparition à la 49e place. Qu’en disent nos guides nationaux ? Michelin (1 modeste couvert, pas d’étoile) : « Des fournisseurs triés sur le volet, beaucoup de fraîcheur et d’aisance, de la passion et même un peu de malice… Septime pourrait symboliser cette nouvelle génération de tables parisiennes à la fois très branchées et très épicuriennes. Décontraction certes, mais sans compromis sur la qualité : une adresse à découvrir ! ». Le Petit Lebey des Bistrots Parisiens (deux marmites) : « Les ouvertures de bistrots branchés s’accélèrent à Paris… Pour que ça marche, il faut certains ingrédients : un quartier dans le vent (ici entre Bastille et Nation), un décor de préférence dépouillé et une cuisine très actuelle. Aux fourneaux, un chef sortant d’un bistrot à la mode et connaissant les quelques journalistes qui lancent les nouveaux établissements, sans oublier une carte qui va dans le sens de l’histoire. Ici, c’est bon sans être sublime, mais nous y étions dès l’ouverture. Affaire à suivre. » - Rappelons aussi que l’Italie est à l’honneur avec l’attribution du prix du meilleur chef féminin du monde à Nadia Santini qui officie au « Dal Pescatore », trois étoiles au guide Michelin, installé à Canneto sull’Oglio, entre Cremona et Mantova (voir l’article que j’ai déjà consacré à Nadia Santini sur ce blog). Alain Ducasse, lui, est couronné pour l’ensemble de sa carrière : ça ne fait jamais de mal. Et il y aussi le restaurant le plus prometteur, etc. – Mais quand donc disparaîtra ce classement… à la con ?

Partager cet article

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Polémique
commenter cet article

commentaires

raymond pocous 30/04/2013 16:04

Classement sans intéret, à oublier sans délai, !

Michel Smith 30/04/2013 13:45

Et dire qu'au départ je ne comptais pas en parler pour ne pas leur faire de la pub... Merci quand même, Roger, de dire que je me tiens bien à table... :-) Tu es attendu de ce côté-ci de la Grande
Bleue !

toutnestquelitresetratures 30/04/2013 14:02



Quelques voix polémiques dans un désert d'articles conventionnels qui ont leur font vraiment de la pub, cela ne nuit pas ! Je te fais signe quand je suis sur tes terres...



Présentation

  • : Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • : Au quotidien, la cuisine selon les saisons, les vins selon l'humeur, la littérature qui va avec, les bistrots et les restaurants, les boutiques qui nourrissent le corps et l'esprit, bref tous les plaisirs de bouche et de l'âme.
  • Contact

Profil

  • toutnestquelitresetratures
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.

Recherche

Pages

Catégories