Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par toutnestquelitresetratures

EatalyFacade.jpg

EatalyAllees.jpg

EatalyBar.jpgInauguré en janvier 1997 à Torino, à deux pas du fameux « Lingotto », l’ancienne usine Fiat où « Slow Food » organise tous les deux ans son « Salone del Gusto » (qui a attiré 240.000 personnes cette année), Eataly, avec ses 10.000 mètres carrés, est un centre alimentaire comme il en existe peu à travers le monde. Mais néanmoins neuf en Italie et huit autres en dehors de la péninsule, les deux derniers étant ceux de Rome et de New-York (Manhattan). Charcuteries et fromages y côtoient fruits de mer, poissons et viandes, fruits et légumes, pain et pizza, pâtes fraîches, liqueurs et vins. Des enseignes de restauration – une bonne dizaine de comptoirs –, un restaurant, « GuidoperEataly, la Casa Vicina », tous proposent des offres thématiques qui mettent le produit en valeur. C’est l’idée que Carlo Petrini a transmise au fondateur de « Eataly », Oscar Farinetti, lui-même originaire d’Alban alors que le siège de « Slow Food » est à Bra à une trentaine de kilomètres de Torino. Ce marché alimentaire est bon enfant. Si le commerce n’en n’est pas exclu – les prix ne sont pas aussi attractifs qu’on pourrait l’imaginer -, vous y faites votre marché sur le mode du… marché : vous déambulez dans les allées, poussant votre chariot quand même, pour glaner ici ou là, votre menu quotidien et plus, pour agrémenter les joursn, les repas et la soif à venir. Les rayons débordent, l’atmosphère va bon train, ludique autant que sereine chez un public de gourmets avertis et curieux. Au gré de votre balade, vous pouvez vous arrêter à l’un des comptoirs pour tâter de truffe blanche d’Alba râpée sur des tajarini ou un risotto, voire même sur du veau en carpaccio ou façon tartare, cru, des poissons comme en ceviche, une glace de la maison « Artigelataria », un gratin de cardons qui est aussi une spécialité piémontaise (et pas seulement lyonnaise), du pain grillé en tranche épaisse arrosé de tomate et d’œuf poché, de charcuteries délite et de fromages qui ne le sont pas moins (la mortadelle vaut le détour) avant de sombrer dans les délices du baba non pas au rhum mais au limoncello qui le vaut bien le premier. Les vins ne sont pas en reste, avec des offres au verre aussi nombreuses que bonnes. L’eau et le pain sont comptés à un seul euro, mais à volonté. L’espresso, lui, n’est symboliquement qu’à 0,95 €, et il est issu d’arabica à 100 % de « Terre Alte », une sentinelle de Slow Food d'Amérique centrale. En revanche, comme cela se pratique en Italie, vous commandez et vous payez de suite. Au restaurant « Casa Vicina », vous tâterez angolotti au jus de rôti, de filet de cochon au lard d’Arnad et de mousse au chocolat à la gelée de moscato d’Asti et de zabaïone. Un petit voyage à Torino s’impose, mais nous attendons avec impatience celui de Paris. C’est pour quand ? – « Eataly » - Via Nizza 230/14 (10126 – Torino). Tél. : 00 39 011 195 06 801. Site : www.eataly.it

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article