Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

Vadorin.jpgLa triperie à Paris ? Il reste quelques survivants, mais si peu. L’un d’entre eux s’appelle Maurice Vadorin. Celui-là, il est né dans les abattis : son grand-père et son père étaient déjà tripiers. Et il ne voit la vie qu’à travers les abattis, reprenant cette échoppe antique, au sol carrelé et avec son enseigne en lettres chromées. Pour être modeste, il n’en fournit pas moins quelques grandes tables de la capitale. Robuchon est un fervent admirateur et fut l’un des premiers à vanter ses produits, Yannick Alleno (Le Meurice, Paris 1er) en fait l’éloge alors qu’au Pré Cadet (9e), Michel Le Boulch ne jure que par lui. Pour la plus grande gloire de sa fameuse tête de veau roulée, du foie de veau et du ris (ultra tendre) de la même bête, de tripes faites maison à la mode de Caen, de joue et de queue de bœuf ou de langue proposée déjà cuite. Et les « joyeuses » de mouton sont bien là, elles aussi. Un homme comme celui-là est précieux. Allez-y d’urgence, c’est un monument qui, dans ce monde aseptisé de la malbouffe, est en péril. – Triperie Maurice Vadorin – 176, rue Lecourbe (Paris 15e) – Tél. : 01 48 28 03 32. Fermé dimanche et lundi. M° Convention ou Vaugirard.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article