Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par toutnestquelitresetratures

DucasseVersailles.JPG

DucassePortrait.jpegXi Jinping à Versailles et Roger Feuilly à Paris, traités tous les deux par Alain Ducasse Au Château de Versailles, les ors de la République était installés. La France a offert un grandiose dîner au Président chinois Xi Jinping et à son épouse. Le Président de la République, François Hollande, avait sollicité Alain Ducasse, chef multi-étoilé, qui a composé un repas de pas moins de dix-huit plats en petite portion. Mais avant même de vous en donner le menu, je veux juste souligner que votre serviteur, lui aussi, a été traité par Alain Ducasse. Certes, ce n'est pas à Versailles, mais dans la salle à manger privée du maître, jadis, lorsqu'il offiçiait dans son restaurant de l'avenue Raymond-Poincaré, à Paris dans le 16e arrondissement. C'était, parmi bien d'autres dîners, le 3 décembre 1996, avec cette petite dédicace : "Roger, ces quelques plats de l'amitié. Bien cordialement." Et le menu alors ? Presque frugal par rapport à celui de Versailles. Jugez plutôt : "Crustacés en velouté au fumet de champignons, délicate royale truffée - Gibier en délicate gelée goûteuse, légumes et fruits en aigre-doux - Foie gras frais de canard des Landes en cocotte lutée aux pommes et raisins, gros sel et poivre noir - Fromages affinés pour nous - Pamplemousse rose au pamplemousse confit, glacé et en suprêmes - Pâtisseries - Fruits et friandises." Et quand même avec quelques quilles de qualité comme le savigny-les-beaune blanc 1990 du Domaine Pavelot, le meursault 1993 de Jean-François Coche-Dury, le saint-émilion Château Tertre-Roteboeuf 1990 et la Côte Rôtie La Turque 1988 de Guigal. Mazette ! Mais c'est encore une petite chose par rapport au dîner versaillais. Le voilà : "Légumes du potager du Roi en croûte de sel, condiment - Cuisses de grenouille, sauce à l’oseille - Pâté chaud de pintade truffé - Raviole de langoustine, bouillon - Primeurs cuites et crues - Daurade, caviar, betteraves - Morilles, gnocchi fondants - Sole de petit bateau en épais filet, coquillages - Turbot de ligne à la truffe noire - Homard, topinambours - Pigeonneau, céleri, cacahuètes - Ris de veau doré clouté d’olives - Selle d’agneau de lait, aubergine, sarriette - Vacherin exotique - Millefeuille vanille - Élixir de fruits rouges - Noisette - Poire". Le tout irrigué de Dom Pérignon 1998, de bâtard-montrache 2009 du Domaine Fontaine-Gagnard, de pauillac Château Pontet-Canet 2008, de pessac-léognan Château Haut-Brion 2006 et de riesling vendanges tardives 2002 du Domaine Trimbach. Auparavant, en apéritif, un concert avait été donné à l'Opéra Royal avec des musiques traditionnelles et contemporaines chinoises, de célèbres airs français interprétés par l'Orchestre Colonne sous la direction de Laurent Petitgirard et du chef chinois Zhang. Lorsque le général de Gaulle avait reconnu, en 1964, la Chine populaire, il ne s'imaginait pas de quelle manière la France allait fêter les cinquante ans de cet événement. Bon appétit et... large soif !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article