Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 10:08

le_gibolin_arles_2_imagelarge.jpg

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans A boire et à manger
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 06:55

En réponse à un ami qui s'interrogeait sur une recette de homard. Est-il à l'américaine ou à l'armoricaine ? « Une Américaine était incertaine - Sur la façon de cuire un homard. - Si nous remettions la chose à plus tard ? - Disait le homard à l’Américaine… ». Citation due à un anonyme, à moins que cela soit de mon cru...

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Littérature
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 08:43

Paulette et Henry Voy coulèrent des jours heureux lorsqu'ils étaient installés rue Vignon (Paris 8e). Voilà quelques années déjà, ils ont remis l'ouvrage sur le métier. Dans un lieu années 30, entièrement repensé et joliment modernisé, tout de marbre vêtu, avec pot-au lait sur le trottoir, ils s'affirment de jour en jour parmi les premiers de la classe BOF parisienne. Avec une sélection de 200 fromages affinés avec art, rien de ce qui se trame dans les pâturages et les herbages de France et d'ailleurs ne leur est inconnu. Un remarquable choix de chèvres, du comté de la Ferme Petite de 36 mois, du beaufort d'alpage sublime, du stilton fondant, un rare shropshire persillé, un munster au cumin d'anthologie, du gorgonzola crémeux de toute beauté de la mozzarella di bufala Campana et un fontainebleau fait maison. Le beurre de Bordier à Saint-Malo, quelques saucissons d'ici ou là, un chorizo à se damner, le merveilleux boudin de Christian Parra, les conserves de Anne Rozès, le saumur de Chancelle, le beaujolais de Chermette et le cairanne de Richaud viennent compléter la gamme de produits. L'accueil est toujours en verve, le service de Nicole et Bruno plein de compétences avisées. Il n'en faut guère plus pour faire le bonheur d'un public de quartier qui retrouve ainsi le chemin de cette fromagerie-crèmerie à l'ancienne pour laquelle je succombe aisément. La Ferme Saint-Hubert - 36, rue de Rochechouart (Paris 9e). Téléphone : 01 45 53 15 77. Fermé dimanche. M° Cadet.

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Echoppes de bouche
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 08:37

"L'anchois que je mâche participe de quelque façon au feu qui m'éclaire. Je suis la demeure d'un génie. Cela me contraint à soigner cette demeure, et je me soumets à la contrainte, j'obéis avec joie à cette Sainte Inquisition..." - La gastro-esthétique dalinienne, de Salvador Dali.

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Littérature
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 09:25

Pour être le boucher-volailler le plus en vue de la gourmande rue des Martyrs, on peut aussi être Alsacien de Saverne au grand coeur. Didier Schneider anime son échoppe avec un entrain enjouée, accueillant avec sourire, offrant un conseil, papotant avec une habituée, livrant une bonne histoire à d'autres. Et, surtout, vantant un registre de haute qualité, entre veau de Lozère pour l'osso buco ou tout autre préparation, poulet de Bresse ou de fermier "pattes bleues", agneau du Limousin ou des Pyrénées, échine de cochon bien élevé, viande de boeuf de race blonde d'Aquitaine joliment rassie, et autres pintade et canard de Challans ou du Gâtinais. En saison, dès les premiers coups de fusil tirés, les gibiers, d'origine française, sont à son tableau de chasse. Du beau et du bon assurément chez cet artisan-boucher d'élite. La Poularde Saint-Honoré - 23, rue des Martyrs. Téléphone : 01 48 78 53 22. Fermé dimanche après-midi et lundi. M° Notre-Dame-de-Lorette. Site : lapoulardesainthonore.fr

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Echoppes de bouche
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 23:06

"La patrie d'un cochon est partout où il y a du gland". "Dialogues des morts, de François de Salignac de la Mothe-Fénelon.

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Littérature
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 07:57

Salle-du-Boulingrin.jpgCette maison rémoise est une institution. Elle perdure en effet depuis 1925 avec bonheur. Le tout-Reims et de Champagne vient festoyer à bon compte dans une ambiance de brasserie Art déco comme nulle autre. Les produits sont frais, les préparations sans prétention aucune (terrine de foies de volaille, harengs marinés, huîtres et coquillages, andouillette AAAAA, pièce du boucher flanqué d'un remarquable gratin dauphinois, choucroute), le vin de champagne coule à flots continus, le service virevolte, le long comptoir permet la halte pour faire une "pomponnette", c'est-à-dire vider douze flûtes au moment des douze coups de midi, tout le monde s'amuse et, en revanche, il faut absolument réserver, la maison est bondée chaque jour. Le Boulingrin - 48, rue du Champ-de-Mars. Téléphone : 03 26 40 96 22. Fermé dimanche. Menus : 18,50 (en semaine vin compris), 23,50 et 29 € (mmareyeur). Carte : 40-60 €.

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans A boire et à manger
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 04:48

"Dans ma géographie, j'ai vu qu'on appelait ce pays le jardin de la France... C'est bien l'impression que j'en ai gardée - ces parfums, ce calme, ces rives semées de maisons fraîches, et qui ourlent de vert et de rose le rublan bleu de la Loire !" - L'enfant, de Jules Vallès.

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Littérature
commenter cet article
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 10:07
Repost 0
Published by Roger Feuilly
commenter cet article
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 06:54

La nostalgie de la mère Léa, qui faisait son marché sur le voisin quai Saint-Antoine, est entretenue avec ferveur par Philippe Rabatel - depuis 1980 - dans ce qui est désormais l'une des plus anciennes tables lyonnaises, créée à la fin du XIXe siècle. A cette grande mère donc la patrie de Gnafron reconnaissante d'avoir transmis le saucisson chaud poché au mâcon viré, la salade de gras-double rémoulade, les quenelles soufflées aux écrevisses, le gâteau de foies blonds aux crêtes, rognons et ailerons de coq, le tablier de sapeur, le poulet au vinaigre de vin vieux ou celui aux gousses d'ail confit, le rôti de chevreau à la lyonnaise dès le printemps venu, la cervelle de canut et les bugnes. En saison, les gibiers sont incontournables (perdreau au chou, faisan, civet de marcassin) et le gratin de cardons est d'anthologie. Ambiance de bouchon dans un décor sur lequel le temps n'a pas de prise. La Voûte - Chez Léa. 11 place Antonin-Gouju (Lyon 2e). Téléphone : 04 78 42 01 33. Jusqu'à 21 h 30. Fermé dimanche. Menus : 18 (déjeuner en semaine), 28 et 39 €. Carte : 40-60 €.

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans A boire et à manger
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • : Au quotidien, la cuisine selon les saisons, les vins selon l'humeur, la littérature qui va avec, les bistrots et les restaurants, les boutiques qui nourrissent le corps et l'esprit, bref tous les plaisirs de bouche et de l'âme.
  • Contact

Profil

  • toutnestquelitresetratures
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.

Recherche

Pages

Catégories