Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 12:31
Repost 0
Published by Roger Feuilly
commenter cet article
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 12:25
Paris 17e : "Le Palanquin", ça vous dit quelque chose ?Paris 17e : "Le Palanquin", ça vous dit quelque chose ?

La cuisine vietnamienne authentique et familiale, goûteuse comme à Hanoï, Hué ou Saïgon, c’est dans cette maison qui perdure – elle est signalée par le Michelin depuis 2010 - que vous la trouverez comme nulle part ailleurs. Isabelle Someaud aux pianos vous régale des plats de la tradition sans jamais faillir. La fumante soupe pho, la brochette de crevettes, les ravioli du cru à la vapeur, les fruits de mer à la sauce piquante au riz parfumé, le porc à la citronnelle et, en guise d’issue sucrée, la crème coco- banane, voilà qui séduit sans mal un public de fidèles qui apprécie de même les suggestions au quotidien tout comme l’offre de cuisine végétarienne. La maison est chaleureuse avec un service en famille, l’ambiance est conviviale et la salle à manger… toute petite (une vingtaine de couverts), pensez-donc à réserver. Bon appétit et large soif !

  • « Le Palanguin ». 4, place Boulnois (17e). Tél. : 01 43 80 46 90. Fermé samedi et dimanche. M° Ternes.
Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans A boire et à manger
commenter cet article
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 09:21
Paris 18e : meilleure baguette de Paris à Djibril Bodian, « Le Grenier à Pain » aux Abbesses
Paris 18e : meilleure baguette de Paris à Djibril Bodian, « Le Grenier à Pain » aux AbbessesParis 18e : meilleure baguette de Paris à Djibril Bodian, « Le Grenier à Pain » aux Abbesses

Pour la deuxième fois – la première en 2010 pour sa cinquième participation – Djibril Bodian, d’origine sénégalaise, emporte le premier prix du Concours de la meilleure baguette de Paris. A ce titre, il fournira la Présidence de la République pendant une année à partir du mois de maiSa baguette tradition est, de fait, joliment croustillante, à la mie alvéolée, arachnéenne, très goûteuse. Il propose aussi des viennoiseries de haute qualité (brioche et croissant), des pains spéciaux, des ficelles apéritives ainsi que dix variétés de pains, entre complet, au levain, à l’abricot, aux noisettes, aux figues et aux noix, 0sans oublier le pain de 3 et les fougasses aux olives. Des gâteaux classiques, des pâtisseries tout en légèreté et autres gourmandises (sablé de Jules, palet et galette bretonnes au beurre fin) sont aussi offerts à l’appétit des promeneurs, touristes et au public d’habitués de la Butte. D’ailleurs, la file d’attente s’allonge ici chaque jour que Dieu fait. Le succès de la maison se prolonge d’ailleurs dans les autres adresses de ce petit groupe mené avec alacrité par Michel Galloyer. On aperçoit son enseigne à travers Paris, au-delà du boulevard périphérique, à Boulogne-Billancourt, ainsi qu’en Province, à Angers, Nantes, Rennes, Royans et Moulins, voire même à l’étranger, à Beyrouth, Chonging et Tokyo. Djibril Bodian succède à Antonio Teixeira, lauréat en 2014 (boulevard Brune, 14e) et, en 2013, à Ridha Khader (rue Raymond-Losserand, 15e). – « Le Grenier à Pain ». 38, rue des Abbesses (18e). Tél. : 01 46 06 41 81. Fermé mercredi. M° Abbesses.

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans A boire et à manger
commenter cet article
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 06:24
Roger Feuilly shared Tupina Xiradakis's photo.
Repost 0
Published by Roger Feuilly
commenter cet article
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 14:12
Le 1er avril, c'est l'ancien jour de l'an !

Non, ce n'est pas un poisson d'avril ! Autrefois, l'année commençait bien le 1er avril, avec le retour du printemps. C'est Charles IX (l'homme du massacre de la Saint-Barthélémy en 1572) qui décida qu'elle commencerait le 1er janvier en 1564, date qui fût ensuite inscrite par l'Eglise, en 1573, dans le calendrier grégorien. Comme on avait l'habitude de faire des cadeaux le 1er avril, ce jour-là devenant un "faux" jour de nouvel an, la coutume s'instaura de faire de faux cadeaux. Avril étant également la période de l'année où la pêche était interdite à cause du frai, et où le soleil quitte justement le signe des Poissons, cette coïncidence donna naissance à la farce classique du "poisson d'avril". A l'époque, une des plaisanteries les plus appréciées consistait à envoyer un naïf acheter du poisson frais à la halle sous prétexte que la loi qui interdisait de pêcher à partir du 20 mars avait été modifiée. Pour faire participer tout un chacun à la farce, on accrochait un papier en forme de poisson dans le dos de la victime.

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans A boire et à manger
commenter cet article
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 09:52
Repost 0
Published by Roger Feuilly
commenter cet article
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 08:43
Roger Feuilly shared Valérie Mischler's photo.
Repost 0
Published by Roger Feuilly
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 19:21
Roger Feuilly shared Mégane Toussaint's photo.
Repost 0
Published by Roger Feuilly
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 19:09
Roger Feuilly shared Jacques Berthomeau's photo.
Repost 0
Published by Roger Feuilly
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 12:46

Le sagarnoa (« sagarno » en langue basque), c’est un vin de pomme produit dans le Pays Basque français. Ses origines sont très anciennes. Des pommiers poussaient déjà dans les forêts basques alors que les Romains et leur vin de raisin ne faisaient pas encore partie de l’Histoire. C’était la boisson ancestrale des Basques, à table, au travail, en mer et en fêtes. Le sagarnoa est une boisson très différente du cidre commun (doux, mousseux, sucré) auquel il est généralement comparé. C’est une boisson fermentée à base de pomme, et ne peut être appelée cidre parce qu’elle contient trop d’acidité volatile. Dans le sagarnoa, les sucres ont été totalement fermentés. Il renferme peu de gaz carbonique, aussi l’effervescence est-elle très légère au service dans le verre. Non pasteurisé, non filtré, le sagarnoa présente un léger trouble spécifique. Son acidité volatile est comprise entre 1,5 et 2,2 g/l. Pour le fabriquer, on aura d’abord pressé les pommes afin d’en retirer le moût (ou « mosto »). Une fermentation complète est nécessaire de septembre à novembre, pour que l’intégralité du sucre se transforme en alcool. On obtient alors une boisson titrant 5 ou 6° de volume d’alcool, acidulée, presque amère et très peu pétillante. Il présente des notes aromatiques évoluées d’un élevage sur lie, avec des arômes de fruits exotiques (ananas, kiwi) ou de fruits verts (groseille à maquereau, prune verte). Vers la mi-janvier, c’est le rituel du « Txox », la première dégustation du sagarnao nouveau depuis le tonneau même. C’est une tradition ancestrale, symbole de la fête basque et à laquelle se livrent les nombreuses cidreries. La production artisanale se monte à un peu plus de 150.000 bouteilles. Quelques adresses : « Txopinondo » - 17, Aguerria (64122 Urrugne). « Caminoberri » - RN 10 (64122 Biriatu). « Coopérative Beltxu » (64120 Donaixtl). « Sagarmuin » - 34, allées Marines (64100 Bayonne). « Alkadurria » (64220 Lasse). Bon appétit et… large soif !

Le sagarnoa, ça vous dit quelque chose ?
Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans A boire et à manger
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • : Au quotidien, la cuisine selon les saisons, les vins selon l'humeur, la littérature qui va avec, les bistrots et les restaurants, les boutiques qui nourrissent le corps et l'esprit, bref tous les plaisirs de bouche et de l'âme.
  • Contact

Profil

  • toutnestquelitresetratures
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.

Recherche

Pages

Catégories