Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Avec mon ami LJV (pour les intimes uniquement), j’avais hier soir une petite fringale. Nous cheminions au hasard du pavé de Paris. Et nous voilà dans une rue dont la vocation ne pouvait qu’être gastronomique, la rue Rossini, devant l’ancien « Beaujolais...

« Le vin me rit, je le caresse ; C’est lui qui bannit ma tristesse Et réveille tous mes esprits ; Nous nous aimons de mesme sorte ; Je le prends, après j’en suis pris ; Je le porte, et puis il m’emporte. » François Rabelais

« Panurge avait toujours avec lui sous sa robe une bouteille et quelque morceau de jambon : car sans cela, jamais il n’allait. Il disait que c’était son garde du corps. Et il ne portait aucune autre épée. » (Pantagruel, François Rabelais)

Le cidre ne saurait qu’être non filtré. Celui de François David est non filtré alors que 99,90 % des cidres normands sont filtrés. Dans sa cidrerie du bocage normand, vous êtes d’abord accueillis par les oies de la maison avant de l’être par le maître...

La petite façade derrière le quai Fernand-Moureaux qui longe la Touques abrite une cave extraordinaire, en forme de caverne d'Ali Baba. L'ami Gérard Bazire - qui fût jadis l'incomparable animateur-bistrotier d'une brasserie trouvillaise emblématique,...

« Vous avez beau dire, il n’y a pas seulement que de la pomme… Il y a autre chose. Ça serait pas des fois de la betterave ? » (Les tontons flingueurs, un film de Georges Lautner)

« En Norvège, j’ai fait des cures de harengs et de saumons avec de copieuses irrigations à l’aquavit, et sur la lande de Lunebourg j’ai abusé, par pur vice, du Ratzeputz, un élixir proprement déflagrant, un vrai napalm ! » (Itinéraires spiritueux, Gérard...

« Il y a trois savoirs : le savoir proprement dit, le savoir-faire, et puis le savoir-vivre : les deux derniers dispensent bien souvent du premier. » Duc Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord.

Un boulanger de quartier dans le 9e Illustration du renouveau de la baguette croustillante et dorée, alvéolée et à la mie crémeuse, ici, à la Boulangerie de la Tour d’Auvergne. Et le boulanger a beau ne pas être Parisien de souche et s’appeler Abdellaoui,...

A la fin du XIXe siècle, chaque Français consommait une livre de pain. Quarante ans plus tard, ce n’était plus que 325 grammes. En 1970, 200 grammes, et en 1987, 164 grammes. C’était la grand ère d’intense modernisation de la minoterie française. Le boulanger...

<< < 200 210 220 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 > >>