Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 16:48
Brasserie Thiriez Esquelbecq, ça vous dit quelque chose ?
Brasserie Thiriez Esquelbecq, ça vous dit quelque chose ?
Brasserie Thiriez Esquelbecq, ça vous dit quelque chose ?

Depuis le début du siècle dernier, la brasserie, à 25 km de Dunkerque, à Esquelbecq (Nord, Hauts-de-France) fait partie intégrante du patrimoine culturel du Nord.

On comptait 1.353 brasseurs dans le département en 1910*. Cinquante ans après, il n’en restait qu’une petite centaine et, au début du XXIe siècle, une vingtaine seulement.

Mais dans tout t’chi qui sommeille, il y a toujours un petit village qui fait de la résistance. Ici, il s’agit d’Esquelbec où Daniel Thiriez a recréé de toutes pièces une brasserie en 1996.

Les bâtiments d’origine sont ceux de l’ancienne ferme-brasserie Poidevin, en activité jusqu’en 1945. Plus de cinquante après et avec des méthodes artisanales, loin de l’industrialisation productiviste qui règne sur ce marché, les premiers brassins seront commercialisés par Daniel Thiriez en janvier 1997.

En 2001, un nouveau bâtiment en bois est construit sur le même terrain. En juin 2006, une nouvelle salle de brassage de 20 hectolitres est mise en service. Ici, pas de filtration ni de pasteurisation, mais de vraies bières brassées à base de purs malts l’orge ou de froment, de houblon et de levures naturelles. Les bières sont de fermentation haute et font une nouvelle fermentation en bouteille.

« L’Esquelbecquoise » est une blonde souple, savoureuse bière de soif. « La Blonde d’Esquelbecq » est brassée à base d’orge de printemps malté et de houblon flamand agrémenté d’un soupçon de houblon tchèque. De belle matière, elle offre une bouche tout en nervosité et une note finale un brin sur l’amertume qui convient aux amateurs éclairés. Daniel Thiriez produit aussi deux autres bières : « La Rouge Flamande » et « L’Ambrée d’Esquelbecq ».

Depuis mars 2009, une bière blonde biologique (certifiées par FR-BIO-01) a été inaugurée : légère, avec seulement 5,5 % de volume d’alcool, « La biObière » sur lie est issue de pur malt d’orge, de houblons amers et aromatiques et de levure fraîche. C’est une bière de soif et fine, à l’amertume délicate.

Dernière-née, la "Bierlala", une bière spéciale brassée avec l'ami Denis de l’estaminet le Kerelshof situé sur la place voisine de Cassel. Cette année, c'est une recette d’India Stout. C’est une bière noire, assez légère en alcool (5.5 %) bien houblonnée. On y retrouve les arômes chocolatés des malts grillés ainsi que la belle amertume fruitée des houblons américains. La Bierlala est disponible en pression et en bouteille de 33 cl au Kerelshof ainsi qu’en bouteille de 33 cl à la brasserie. L’étiquette est une création de Cécile Dequidt qui, chaque année, leur décline le joueur de fifre et son cône de houblon en fonction du style de la bière. 

Enfin, spécialement pour l'été, la "Summer Ale" est une bière désaltérante (4,5°), équilibrée, peu houblonnée. Elle a été pensée et élaborée afin d'accompagner de jolis moments festifs. L'étiquette est issue du travail de la photographe Marielle Paquet qui capte avec son appareil la campagne environnante d'Esquelbecq avant de reproduire ses photos en peinture.

Par ailleurs, la maison s’attache aussi à la pédagogie brassicole en ouvrant ses portes aux visiteurs. Allez-y en vous recommandant de moi. Bon appétit et large soif ;

– « Brasserie Thiriez » - 59470 Esquelbecq, tél. : 03 28 62 88 44 (visite du lundi au vendredi, vente à emporter et expéditions).

* Les statistiques sont tirées du remarquable livre « Brasseries et malteries du Nord » qui raconte l’histoire sociale et architecturale du patrimoine brassicole (Editions La Voix du Nord, 10,67 €).

NB - Les bières de la Brasserie Thiriez Esquelbecq sont disponibles partout en France chez les cavistes spécialisés. A Paris, à la Coopérative La Louve, on en trouvera pas moins de sept, Ambrée d'Esquelbecq, Etoile du Nord, La Maline, les Québécoises, la Rouge Flamande, La Petite Princesse et la Bio blonde (116, rue des Poissonniers, 18e, 01 42 64 41 23).

Brasserie Thiriez Esquelbecq, ça vous dit quelque chose ?
Brasserie Thiriez Esquelbecq, ça vous dit quelque chose ?
Brasserie Thiriez Esquelbecq, ça vous dit quelque chose ?
Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Province
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 19:59

MAG-TERROIR-copie-1.jpg

MagMediterrraneeMalika-Moine-300x216.jpgLe quotidien "La Marseillaise" a lancé un nouveau journal "Mag Méditerranée Terroir". Le parrain du magazine est l'historien Georges Ferré, par ailleurs auteur de "L'âme du vin, symbolisme et spiritualité dans les trois religions" (Editions Dervy). Lors de la présentation du magazine, Malika Moine a dédicacé son livre de recettes et d'aquarelles consacrées aux tables marseillaises, "Croquis Croquant".

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Province
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 17:05

BieredEsquelbecq.jpgDepuis le début du siècle dernier, la brasserie, à 20 km de Dunkerque, fait partie intégrante du patrimoine culturel du Nord. On comptait 1.353 brasseurs dans le département en 1910*. Cinquante ans après, il n’en restait qu’une petite centaine et, au début du XXIe siècle, une vingtaine seulement. Mais dans tout t’chi qui sommeille, il y a toujours un petit village qui résiste. Ici, il s’agit d’Esquelbec où Daniel Thiriez a recrée de toutes pièces une brasserie en 1996. Les bâtiments d’origine sont ceux de l’ancienne ferme-brasserie Poidevin, en activité jusqu’en 1945. Plus de cinquante après et avec des méthodes artisanales, loin de l’industrialisation productiviste qui règne sur ce marché, les premiers brassins seront commercialisés en janvier 1997. En 2001, un nouveau bâtiment en bois est construit sur le même terrain. En juin 2006, une nouvelle salle de brassage de 20 hectolitres est mise en service. Ici, pas de filtration ni de pasteurisation, mais de vraies bières brassées à base de purs malts l’orge ou de froment, de houblon et de levures naturelles. Les bières sont de fermentation haute et font une nouvelle fermentation en bouteille. « L’Esquelbecquoise » est une blonde souple, savoureuse bière de soif. « La Blonde d’Esquelbecq » est brassée à base d’orge de printemps malté et de houblon flamand agrémenté d’un soupçon de houblon tchèque. De belle matière, elle offre une bouche tout en nervosité et une note finale un brin sur l’amertume qui convient aux amateurs éclairés. Daniel Thiriez produit aussi deux autres bières : « La Rouge Flamande » et « L’Ambrée d’Esquelbecq ». Depuis mars 2009, une bière blonde biologique (certifiées par FR-BIO-01) a été inaugurée : légère, avec seulement 5,5 % de volume d’alcool, « La biObière » sur lie est issue de pur malt d’orge, de houblons amers et aromatiques et de levure fraîche. C’est une bière de soif et fine, à l’amertume délicate. Par ailleurs, la maison s’attache aussi à la pédagogie brassicole en ouvrant ses portes aux visiteurs. Allez-y en vous recommandant de moi. – « Brasserie Thiriez » - 59470 Esquelbecq, tél. : 03 28 62 88 44 (visite du lundi au vendredi, vente à emporter et expéditions). * Les statistiques sont tirées du remarquable livre « Brasseries et malteries du Nord » qui raconte l’histoire sociale et architecturale du patrimoine brassicole (Editions La Voix du Nord, 10,67 €).

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Province
commenter cet article
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 12:28

BaeckeoffaRouge.jpg

BaeckeioffaTerrine-copie-1.jpg

C'est à Soufflenheim, depuis le début du XIXe siècle, que l'on produit cette terrine en terre cuite peinte qui sert à la confection d'une potée boulangère de viandes (traditionnellement de boeuf, porc et veau, et geleée de pied de veau) que l'on nomme "Baeckeoffa", dans laquelle les viandes sont disposées en couches superposées avec des pommes de terre, le tout mariné dans le vin blanc. Le mot est dérivé de l'alsacien "backofen" qui veut dire "four de boulanger". Le mets est typique du Haut-Rhin, avec de l'échine de cochon, du paleron de boeuf et de l'épaule de mouton auxquels on ajoutera les pommes de terre émincées, du lard et des oignons. Puis, on mouillera avec du vin blanc, généralement du riesling. La terrine sera lutée puis on cuira le baeckeoffa dans le four. Jadis, les ménagères l'apportaient au boulanger, puisqu'elles préparaient le plat le jour de la lessive, le lundi, selon les uns, ou le dimanche, le jour de la messe. A suivre la recette de Marc Haeberlin, de "L'Auberge de l'Ill" à Illhauersern (Haut-Rhin), trois étoile au Guide Michelin.

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Province
commenter cet article
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 13:06

ChartresBoucheriedesGourmetsPhilippe.JPGAu cœur de la ville, vous avezChartresBoucheriedesGourmetsEnseigne.JPG là un boucher au physique de wonder-kid de cinéma, fier d’être louchebem. Philippe Gautier – avec son épouse Florence – tiennent leur échoppe avec une bonne humeur au quotidien. Le Tout-Chartres se met dans la file d’attente chaque jour que Dieu fait. Au moment de la chasse, la maison affiche ses trophées dans la rue. Sinon, tout au long de l’année, et depuis 1988, Philippe Gautier se montre intraitable sur la qualité artisane de ses produits. Si vous voulez tout savoir sur le merlan, la poire, le dessus de tranche et le paleron en steak, c’est votre homme. Son épaule d’agneau au beurre d’escargots, sa tête de veau, son filet de bœuf au roquefort, sa côte de bœuf maine-anjou qui est ici une spécialité, son poulet de Bresse et ses volailles fermières sont des chefs-d’œuvre du genre, sans rivaux. Le côté charcuterie n’est pas en reste. En prime, ce sera tout sourire dehors et conversation enlevée et, pour les amateurs, sachez qu’il soutient le Football Club de Chartres. – « Boucherie des Gourmets » - 8, rue de la Pie (28000 Chartres). Tél. : 02 37 21 06 47. Fermé dimanche après-midi et lundi.

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Province
commenter cet article
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 13:29

ChartresFromagerieSainteSuzanneRichardAu cœur de la ville commerçante, ce fromager d’élite est l’homme de la pâte sous toutes ses formes. Richard Hamel va in situ chez les éleveurs, fréquente Rungis dès potron-minet et affine sur place le meilleur de la production fromagère hexagonale. Et comme il n’est pas franco-français – enfin pas trop – il pratique aussi le parmigiano reggiano, la mozzarella di bufflone et d’autres pâtes étrangères de qualité. Mais allez d’abord chez lui pour, au gré de votre appétit, le délicat trou du cru bourguignon, le vieux beaufort, le munster géromé, l’abondance de Saint-Paul-en-Chablais, le fromage de chèvre du Loir-et-Cher, le roquefort Carles, le laguiole des burons et l’abbaye de Citeaux (également nommé trappiste) et bien d’autres qui font la gloire de la France. Et puis tâter de confiture de lait, de crozets savoyards et d’autres petits plaisirs gourmands qu’il distille dans sa boutique de poche. En revanche, pour la bonne humeur, apportez la vôtre, mais faites lui confiance, il s’en occupe aussi, ne refusant jamais un bon mot et un large sourire. - « La Ferme Sainte-Suzanne » - 7, rue de la Pie (28000 Chartres). Tél. : 02 37 21 88 24. Fermé dimanche après-midi et lundi (ouvert pour les fêtes).

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Province
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 12:56

ChartresSaveurs64.jpg

ChartresAtelierduChocolatMuriel.jpg

ChartresBouquetdechocolats.jpgAh le goût du Pays Basque, cela ressemble à un petit air de vacances ! Au cœur de la ville, vous le trouverez ici dans cette boutique ludique où l’accueil féminin est charmeur et plaisant. Vous avez là un florilège de ce qui se produit là-bas, entre serviettes et torchons, nappes et sacs de plage, espadrilles et gants de cuisine, piment d’Espelette en grappe et confiture de cerises noires, saucisses confites et vins dans un décor toute pleine de chromatismes très colorés. Un endroit idéal pour un joli cadeau. – Un peu plus loin, ce sera le royaume du chocolat, celui généré par le grand chocolatier bayonnais Serge Andrieu. La rayonnante Muriel vous y accueille pour vanter l’univers et la culture du cacao, celui que les conquistadors découvrent avec la légende et le mythe de Quetzalcoatl, rapportés en Europe par Hernan Cortés. Plus près de chez nous donc, c’est Bayonne qui est devenue la 1ère ville chocolatière de France avec les juifs portugais, qui chassés par l’Inquisition espagnole, maîtres dans l’art du chocolat, ont pris leurs quartiers au cœur de Bayonne, faubourg Saint-Esprit, et, depuis, ne l’ont jamais quitté. L’amusante spécialité maison, c’est le « Bouquet de chocolats », une sélection de 7 chocolats. Sinon, vous avez aussi « Extra Kiretsa », à 97 % de cacao, un mélange de fèves de Côte d’Ivoire, d’Equateur et de Sao Tomé, le « Piment d’Espelette » veiné rouge, le « Magadascar » issu de fèves forasteros et trinitarios, ou tout simplement le « Lait Caramel » à 34 % de cacao, voire même « Napolitains ». Le chocolat à Chartres, c’est ici ! - Les deux boutiques sont ouvertes en période de fêtes. - « Soixante-quatre, Le Goût du Pays Basque » - 14, rue des Changes (28000 – Chartres). Tél. : 02 37 36 54 88. Fermé dimanche et lundi. Site : www.saveurs64.fr – « L’Atelier du Chocolat » - 28bis, rue du Soleil-d’Or (28000 – Chartres). Tél. : 02 37 28 66 56. Fermé dimanche. Site : www.atelierduchocolat.fr

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Province
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 13:24

ChartresMoussu-copie-1.jpgLe marché de la place Billard, sous la Halle à ossature métallique construite en 1898, a été déplacé pour cause de travaux de rénovation qui vont lui donner un nouveau lustre avec son pavage en pierres de Berchères. C’est donc place des Halles que l’on retrouve les commerces de bouche pour le traditionnel marché du samedi. Et comme, on ne saurait écrire sur tout le monde, il faut bien choisir. Les bonnes gueules attirent le chaland. Thierry Leroux qui cultive comme nul autre : lui n’est pas simple revendeur, mais vante sa terre autour d’un étal simple pour ne présenter que ce qu’il a produit lui-même ; et quand il n’y en a plus, il ferme boutique, un point c’est tout. En revanche, la file d’attente s’allonge chez Laurent Solligny, le boucher chevalin, qui bichonne chacune de ses ouailles comme si elle était encore au nid, parlant famille, chantant les louanges de sa viande (goûtez son carpaccio), blaguant assurément, toujours prêt à dégainer un mot d’esprit. Et il y aussi, Gilles Moussu (photo), « Au Petit Cochon », le charcutier qui fait un tabac avec son boudin et le reste : là aussi, il faut un brin de patience pour remplir son panier. Mais le marché, c’est ainsi, on flâne, on hume et bavarde avec les gens alors que la bonne humeur règne. – « Marché de Chartres », place de la Mairie (28000 – Chartres) – Thierry Leroux (54, rue Georges-Fessard, 28190 Courville-sur-Eure, 02 37 23 20 96) – Gilles Moussu (ZA La Croix-Verte, Yèvres, 28160, 02 37 98 90 28) – Laurent Solligny (Boucherie chevaline).

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Province
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 10:33

ChartresChoeur2012.jpg

Toute promenade dans Chartres commence par une visite de la Cathédrale Notre-Dame dont on voit ici une photo du choeur entièrement rénové depuis octobre 2012. C'est magique...

Repost 0
Published by toutnestquelitresetratures - dans Province
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • Le blog de Tout n'est que litres et ratures par Roger Feuilly
  • : Au quotidien, la cuisine selon les saisons, les vins selon l'humeur, la littérature qui va avec, les bistrots et les restaurants, les boutiques qui nourrissent le corps et l'esprit, bref tous les plaisirs de bouche et de l'âme.
  • Contact

Profil

  • toutnestquelitresetratures
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.
  • Je suis chroniqueur gastronomique et auteur du Guide Le Feuilly. Je suis un des fondateurs du mouvement Slow Food en France dont je fus le Président dans les années 90. Mes livres les plus récents sont "A boire et à manger", "Le Feuilly 2010.

Recherche

Pages

Catégories